En flânant à travers les « Ventine » - de Asti à Montemarzo

En flânant à travers les « Ventine » - de Asti à Montemarzo

Itinéraires Urbains

En flânant à travers les « Ventine » - de Asti à Montemarzo
On peut visiter Asti sans même visiter la ville. En effet, cas très rare et unique en Italie, Asti a une circonscription incroyablement vaste d’un rayon d'environ 10-15 km, comprenant plusieurs villages ou hameaux autrefois élevés à la dignité de commune autonome et qui, avec l'institution de la province d'Asti (1935), finirent par être absorbés par le « nouveau » chef-lieu. Les habitants d'Asti les appellent conventionnellement « ventine » et pas parce qu'il y en avait vingt : le terme dérive en fait du mot « vicinia », désignant au Moyen Âge le plus petit centre habité.

En savoir plus

Asti, une véritable capitale médiévale

Asti, une véritable capitale médiévale

En savoir plus
Asti, le Quartier du Duomo

Asti, le Quartier du Duomo

En savoir plus
Asti bénéficie donc d'un véritable anneau de campagne. Nous ne tracerons pas un seul circuit, car les "ventine" ne sont pas un système organique, mais correspondent dans de nombreux cas à d’anciennes colonies, souvent isolées.

Montemarzo2
Montemarzo1

Un premier itinéraire peut être proposé sur la vallée de droite de Tanaro, en quittant Corso Savona pour rejoindre immédiatement San Marzanotto, un superbe balcon donnant sur les collines environnantes, disposé autour de l'église paroissiale, qui conserve la structure circulaire typique du Moyen Age.

C'est incroyable qu’à quelques kilomètres de la ville, il soit possible de trouver une zone habitée si loin de l'agitation de la ville : verdoyante et calme,  c’est un coin de campagne classique, riche en chemins et en petites routes panoramiques qui se perdent dans les mille collines du sud d’Asti.

En savoir plus

Asti: die Stadt der Händler

Asti: la Ville des Marchands

En savoir plus
Asti, parmi les maisons fortifiées de San Martino

Asti, parmi les maisons fortifiées de San Martino

En savoir plus

Et si,  sur le côté surplombant le Tanaro, les bois et les fortifications rocheuses représentent la nature la plus sauvage, depuis les crêtes au sud, on peut admirer l'ordre et la propreté des vignes : des rangs à perte de vue, parsemés de fermes.

Une autre curiosité de San Marzanotto sont les peintures Murales qui ornent de nombreuses façades du centre, réalisées par quelques artistes contemporains parmi les plus importants (on se souvient entre autres de Casorati, Fresu, Soffiantino, Guglielminetti).

Non loin de la ville, en direction d'Alba, se dresse le Château de Belangero (mais on peut y accéder en montant depuis la route de Mongardino), un édifice très ancien (ce fut un fief des Asinari). La colline est enchanteresse, agrémentée d'un parc centenaire, d'un beau corps de ferme et d'une petite chapelle. San Marzanotto, par sa position, a longtemps été choisi comme "buen retiro" par de nombreux originaires d'Asti et il existe de nombreuses belles villas du début du XIX siècle qui témoignent de cette tradition ; parmi celles-ci, en dehors du concentrique, se distingue immédiatement Villa Badoglio, où Pietro Badoglio, premier Maréchal d'Italie, de Grazzano dans la région d’Asti, aimait à rester.

En savoir plus

En flânant à travers les « Ventine » - de Asti à Viatosto

En flânant à travers les « Ventine » - de Asti à Viatosto

En savoir plus
En flânant à travers les « Ventine » - de Asti à Mombarone

En flânant à travers les « Ventine » - de Asti à Mombarone

En savoir plus

Nous quittons la villa pour descendre vers le Tanaro et, après avoir passé la ville de Torrazzo (avec des constructions pré-industrielles du début des années 1900 et des grandes briqueteries), nous longeons le fleuve en direction d'Azzano, pour rejoindre la vallée de Montemarzo (en tournant à droite au passage à niveau). Le village, également perchée sur la colline mais disposé en triangle sur la crête, conserve ses traces évidentes des fortifications passées sur les premières maisons et domine une vallée particulièrement claire et aérée. À ne pas manquer, la belle Église paroissiale baroque.

À Montemarzo, une excursion dans la nature en direction de Santa Caterina di Rocca d'Arazzo s'impose, éventuellement à pied, à cheval ou en VTT... mais attention aux montées fréquentes, soudaines et carabinées. C’est ici, précisément, que se trouve « l'ascension du gerbido », un défi épique remporté par Giovanni Gerbi, le Diable rouge, avec son inséparable vélo.
Textes de Pietro Giovannini
En savoir plus Demander des informations sur cet itinéraire Voir sur la carte

Merci

Merci : nous vous avons envoyé un email pour activer votre abonnement et sélectionner vos préférences le cas échéant.

Quelque chose ne s'est pas bien passé

Veuillez réessayer

Fermer

Merci

Votre demande a été correctement envoyée, nous vous répondrons dans les plus brefs délais. Une copie des données que vous nous avez fournies a été envoyée à votre adresse e-mail.

Fermer

Informations requises

Vous envoyez la demande à: visitlmr.it


Fermer

Informations requises

Vous envoyez la demande à: visitlmr.it


Fermer

Abonnez-vous à la newsletter


Annuler