Monferrato de Costigliole d'Asti

Monferrato de Costigliole d'Asti

Paysage

Monferrato de Costigliole d'Asti

Le promontoire rocheux (appelé Rocca) de Costigliole d'Asti, accroché à l’imposant Château des Asinari, est l'un des endroits les plus beaux et les plus importants de la province. Du reste, le nom du village jouit d’une ancienne réputation gastronomique, presque mythique, car, ici, une page importante de la cuisine du Bel Paese a été écrite.

La géographie de Costigliole d’Asti est assez complexe, avec une dizaine de hameaux disposés en cercle autour de l'ancien village, légèrement plus bas et caché. Ne manquez pas une promenade parmi les ruelles escarpées et les escaliers de la Rocca, où se trouvent de nombreux témoignages de l’art, parmi lesquels la Fratrie de San Gerolamo, avec son magnifique Museo di Arte Sacra (Musée d'Art Sacré) et, bien sûr, le Château, un édifice bien remanié au XIXe siècle qui abrite le magnifique escalier de Juvarra et accueille l'ICIF (école de cuisine italienne pour étrangers) ainsi que le Consortium Barbera d'Asti et Vins du Monferrato.

À ne pas manquer dans les nombreux « hameaux satellites », le Château voisin de Burio, austère forteresse, restée fidèle à l'architecture originale, la belle Église paroissiale Nostra Donna de Loreto (avec l'autel de Juvarra) et le magnifique point de vue panoramique de Bricco Lù.

Plongeons donc dans cet océan de vignes en empruntant le chemin pour Isola d'Asti.  Il vaut la peine de monter au petit village de Villa avec son clocher (seul vestige du Château) et son magnifique Palazzo Govone.  À Mongardino, en revanche, le circuit des 13 chapelles qui mènent au petit Sanctuaire de la Sainte Vierge vaut la peine d’être fait.  La campagne environnante est riche et calme, tout comme le village voisin de Vigliano d'Asti, juste à l'entrée de la Vallée Tiglione. Le Château des Monte est plutôt une maison-forte de la fin du Moyen Âge recouverte d’une façade du XIXe siècle ; mais c'est dans le sous-sol que ce village est devenu célèbre, avec la découverte en 1959 de l'extraordinaire baleine, aujourd'hui au Museo dei Fossili – Parco Paleontologico Astigiano (Musée des Fossils – Parc Paléontologique d'Asti) ( voit Asti, Itinéraires Urbaines), un fossile presque intact de 8 mètres datant du Pliocène.

En savoir plus

Asti, le Quartier du Duomo

Asti, le Quartier du Duomo

En savoir plus

Montegrosso nous attend à quelques kilomètres : une pyramide de maisons sur laquelle se dresse le Château.  Ce gros village domine la grande vallée. Nous continuons vers le petit village de Montaldo Scarampi, qui présente un versant aux vignobles raffinés et anciens et un autre surplombant les Rocche truffières.

Mombercelli est le premier des nombreux Châteaux disparus de la région Asti. La collection d'art moderne MUSarMO mérite d’être vue. À noter également le Museo Storico della Vite e del Vino(Musée Historique de la Vigne et du Vin), une collection d'ethnographie agraire. L'Église paroissiale, au dessin d’architecture du XVIIIe siècle avec trois nefs, abrite également un retable de Moncalvo. Enfin, dans le centre historique, se trouve l'Église Evangelica dei Fratelli, érigée par une communauté protestante qui est apparue à la fin du XIXe siècle.

Le village de Belveglio est tout près d’ici. De ce Château, il reste peu de l'ancienne forteresse gibeline. C’est ici aussi qu’on évoque le souvenir de la figure d'Umberto Calosso, la voix italienne de Radio Londres pendant la Seconde Guerre mondiale, intellectuel, journaliste, homme politique et écrivain d'importance nationale.

Nous parcourons donc la belle petite vallée de Fontanabuona (avec le Sanctuaire du XVIe siècle du même nom) pour retourner à Castenuovo Calcea. Les ruines du Château constituent un pendillon pittoresque pour le village. L’Église paroissiale du XVIIe de Santo Stefano, en terre cuite apparente, ainsi que l'escalier du pont qui reproduit l'ancien accès médiéval sont charmants. Cependant, la plus belle surprise que nous réserve ce village, est l'Art-Park La Court, un projet conçu par le génie du grand décorateur Lele Luzzati et réalisé par Giancarlo Ferraris.

Le paysage est ici, une élégie constante aux vignobles et à l’architecture rurale particulièrement bien représentés : les hameaux situés entre San Marzano Oliveto et Moasca (deux villages très proches) sont l'expression de ce qu’il y a de meilleur comme vin dans le Monferrato. À San Marzano Oliveto, le Château des Asinari (qui forme avec l'Église paroissiale une place agréable surplombant les collines) est privé, tandis que celui de Moasca, presque disparu après la guerre, a été rénové grâce à un projet public qui a permis d’en récupérer les espaces qui abritent le Musée des collections de Davide Lajolo.

À Moasca, l'Église paroissiale et la Fratrie de San Rocco sont dignes d’intérêt, de même à San Marzano Oliveto où l’on trouve également un curieux petit Temple vaudois. À Moasca, il existe également une zone protégée par le LIPU dans un environnement humide, les Torrents, près de la rivière Nizza (voir itinéraire Monferrato di Nizza), similaire à celle du Paludo à Agliano.

En savoir plus

Monferrato de Nizza

Monferrato de Nizza

En savoir plus

La prochaine étape est précisément Agliano Terme, un autre village dont le Château a disparu au XVIIe. Le magnifique Sanctuaire de l'Annonciation de Molizzo est un autre point de vue panoramique à ne pas manquer alors que les thermes de Fons Salutis (les seules dans la province d’Asti) conservent encore les témoignages des gloires de la Belle Époque... la vocation touristique du village s’affirme également par la présence de la prestigieuse École Hôtelière de la région d’Asti. Il convient enfin de mentionner l'Église paroissiale de San Giacomo Maggiore avec un beau Christ en bois du XVe siècle. A ne pas manquer aussi la BAart, Boutique du Vin et centre culturelle située dans l’ancien Confrérie de San Michele.

Pour arriver à Calosso, vous pouvez passer par Salere ou de préférence par la crête qui depuis Moasca court à travers des vignobles abondants jusqu’au riche hameau de Rodotiglia ; dans les deux cas, vous arrivez à la Piana del Salto, juste en dessous du concentrique médiéval du village, avec son Château et son patrimoine de Les crotins (caves souterraines) creusés dans le tuf et que l’on célèbre lors de la magnifique foire Rapulé en octobre. A ne pas manquer aussi le Museo Memorie di Futuro (Musée Mémoires du Future). L'Église paroissiale de San Martino possède un beau chœur en bois datant du XVIIIe siècle et le village est très beau avec sa Cantina Comunale (Cave Municipale) et la célèbre spécialité locale qui est le rare cépage Gambarossa (Gamba di Pernice) qui donne naissance au Calosso DOC, la dernière dénomination obtenue par le Piémont. En sortant du village, le point de vue panoramique de Crevacuore, juste en face du village Santo Stefano Belbo (voir itinéraire Langa du Moscato), mérite une halte.

En savoir plus

Die Langa des Moscato

Langa du Moscato

En savoir plus

Depuis Calosso, vous pouvez arriver à Castagnole delle Lanze en descendant jusqu'à Boglietto et suivre la route provinciale très fréquentée, ou bien passer plus tranquillement par le village, en face, de Castiglione Tinella, puis descendre à Coazzolo, un agréable village à mi-hauteur avec son magnifique Château, son Église panoramique du Carmine peinte par l'artiste anglais David Tremlett, la «vigna dei pastelli» ( vigne des pastels) et son amphithéâtre diffusant une musique d’ambiance (voir itinéraire Langa du Barbaresco) pour ensuite arriver à Castagnole delle Lanze, capitale du Barbera.

En savoir plus

The Langa of Barbaresco

Langa du Barbaresco

En savoir plus

Le village abrite un centre historique de tout respect qui culmine avec le Parc de la Rimembranza et le Parcours Musée dediée au Comte Paolo Ballada de Saint Robert. En se promenent à l’ombre des tilleuls et en visitant la tour on peut découvrir les œuvres et passions du Comte, expert en balistique, physique, chimie, de botanique et d’astronomie et passionné de montagne (fondateur du CAI avec Quintino Sella). De la tour construit au XIXe siècle s’embrasse un autre paysage de rêve, complètement nouveau. Il est préférable de se promener à pied autour de la grande Église paroissiale de San Pietro, du XVIIe siècle, mais dont la façade a été remaniée au XXe siècle : l'autel et la balustrade du XVIIIe siècle sont remarquables. La Fratrie des Battuti Bianchi est également très belle, tout comme les demeures, toutes rénovées et joyeusement habitées.

À travers la route panoramique de l'Annunziata, qui survole encore un océan de rangs de vigne, nous retournons à Costigliole d'Asti, quelques collines plus loin, même si on aimerait qu’elles ne finissent jamais.

Textes de Pietro Giovannini
En savoir plus Demander des informations sur cet itinéraire Voir sur la carte

Merci

Merci : nous vous avons envoyé un email pour activer votre abonnement et sélectionner vos préférences le cas échéant.

Quelque chose ne s'est pas bien passé

Veuillez réessayer

Fermer

Merci

Votre demande a été correctement envoyée, nous vous répondrons dans les plus brefs délais. Une copie des données que vous nous avez fournies a été envoyée à votre adresse e-mail.

Fermer

Informations requises

Vous envoyez la demande à: visitlmr.it


Fermer

Informations requises

Vous envoyez la demande à: visitlmr.it


Fermer

Abonnez-vous à la newsletter


Annuler