Asti_SanSecondo

Asti: la Ville des Marchands

La fortune commerciale d'Asti remonte au 19 juillet 992, lorsque, le diplôme signé par l'empereur Otto III pour l'évêque d'Asti Pietro I, autorisait les marchands de sa ville à vendre librement leurs marchandises sur tout le territoire impérial. De cette façon, un grand marché fut ouvert aux marchands d'Asti, s’étendant de la Bourgogne à la Croatie actuelle, où ils étaient exemptés de payer des taxes douanières coûteuses.

 

Après la chute de l'Empire Romain, la ville d'Asti renaquit des cendres de Hasta Pompeia, et devint, en quelques décennies, l'un des centres les plus florissants de toute l'Europe, grâce à sa position favorable au croisement entre certains axes de transit parmi les plus importants du nord de l'Italie. Allons donc découvrir cette ville de marchands, partons à la recherche des anciens hospices qui abritaient les voyageurs et des maisons productrices du XIXe siècle qui fabriquaient le nectar rouge de la vigne en ville, rendons-nous là où les guelfes Solaro vainquirent les Guttuari, leurs rivaux sur les marchés français, en rasant leurs maisons au sol et en imposant ensuite un « marché aux herbes » sur ces espaces vides.

Read More

Arriver au quartier de San Secondo, le cœur de la ville, est très simple : depuis la gare de Piazza Marconi, vous prenez Via Cavour. C'était l'une des anciennes voies d'accès à la ville, menant, à travers le village populaire de San Quirico, vers l'une des dix portes d'Asti, appelée Sancti Pauli (déjà documentée en 1292). Dans le village extra muros, il n'y avait pas de palais nobles, mais des masures, des boutiques et un moulin auquel la bealera (c'était le nom du système de canaux artificiels qui entourait les murs et qui désigne, par extension, aujourd'hui, tous les canaux d'irrigation) apportait de l'eau et qui alimentait les nombreuses petites fabriques de soie et de laine de la région.

Aujourd'hui, Via Cavour est plus vivante que jamais et, seul un regard attentif remarque, parmi les maisons et les vitrines modernes, les constructions historiques nichées entre les édifices : parmi elles, du côté ouest de la route, l'Église de la Très Sainte Trinité (qui abrite une archiconfrérie construite au XIVe siècle) avec une élégante façade du XIXe siècle et des intérieurs lumineux du XVIIIe siècle. Les deux fenêtres médiévales avec un arc en terre cuite et en tuf incorporées dans un édifice moderne, situé tout près, sont tout ce qui reste de l'ancien Hospice Sant'Evasio. Les hospices ou les hôpitaux étaient les hôtels d’autrefois, presque toujours gérés par des ordres religieux et se trouvaient toujours aux portes des villes.

Avant d'atteindre la place, la route bifurque et notre attention est attirée vers la gauche, en haut d'une rampe d’escaliers étroits, vers l'Église de San Paolo de la fin du XVIIIe siècle, toute en terre cuite, qui conserve une « Madonna del  Rosario » ( Madone du Rosaire ), traditionnellement attribuée à la fille de Moncalvo. Sur la gauche se trouve également l'entrée de Via XX Settembre, l'ancienne riva carrera (Porte cochère), qui mène au quartier de San Martino - San Rocco (voir itinéraire Asti, parmi les maisons fortifiées de San Martino) avec l'une des plus belles maisons fortes de la ville : Palazzo Catena, dont la façade en terre cuite conserve les deux couleurs des corniches et les archivoltes des fenêtres à deux ouvertures.

En revenant sur nos pas, nous atteignons la Piazza Statuto - l'ancienne Piazza delle Erbe ou des Guttuari. La Tour des Guttari, symbole de cette famille, après qu’ils ont été chassés, était coupée sur un plan incliné jusqu'en 1898, date à laquelle fut couronnée par de nouveaux créneaux gibelins. Sur la même place se trouve l’austère Palazzo dei Tribunali (XIIIe-XIVe siècles) dont les fenêtres en terre cuite sont bien visibles sous les plâtres les plus récents. Il n'est pas toujours facile d'identifier l'histoire d'un palais, en particulier lorsque diverses destructions et rénovations se sont succédé : par exemple, l'autre palais de la Piazza Statuto avec ses grandes et élégantes fenêtres gothiques, a récemment été identifié comme le Palazzo del Podestà. Nous nous dirigeons maintenant vers « le salon d'Asti » : la Piazza San Secondo, pour les habitants d’Asti Piazza del Santo. Centre animé de la vie citadine depuis les temps anciens de Commune Libre, la Piazza San Secondo est un bon aperçu d'Asti, où la Collégiale, l’Hôtel de Ville et les arcades historiques sont dignes d’intérêt.   

La Collégiale de San Secondo est vraiment remarquable : la façade en terre cuite du milieu du XVe siècle, avec son élégante rosace centrale en terre cuite et ses trois portails, nous introduit à l'intérieur de l’édifice gothique, caractérisé par le rouge des briques et la couleur jaune paille du grès tendre  L’église, dont une légende raconte qu’elle fut construite sur le lieu du martyre du Saint patron, remonte à la deuxième moitié du XIIIe siècle, mais conserve des trésors de différentes époques, dont le clocher et la crypte du Xe siècle (où se trouve le reliquaire en argent du Saint datant du XVIe siècle), l'extraordinaire polyptyque avec l' »Adorazione dei Magi » (Adoration des Mages) de Gandolfino da Roreto (ou d'Asti) sur le mur à gauche de l'entrée et des autels du XVIIIe siècle en marbres colorés. Le Carroccio du Palio (une copie moderne de celui qui fut amené au combat à l'époque médiévale), est tout aussi important pour la ville. Une fois, il était conservé dans la chapelle, à droite de la porte principale où sont également conservés les Palii donnés par la ville d'Asti à la Collégiale le premier mardi de mai et qui seront ensuite disputés en septembre.

À côté de la Collégiale se trouve l’Hôtel de Ville, dont l'aspect médiéval est aujourd'hui complètement masqué par la rénovation radicale réalisée dans la première moitié du XVIIIe siècle par le très jeune Benedetto Alfieri. Dans l'atrium aux voutes surbaissées, on trouve la « pierre de touche » médiévale, pour les mesures linéaires de la brique « mon » et de la tuile canal « cop », strictement respectées sur le marché de la ville. Au premier étage se trouvent la devise Aste Nitet Mundo Sancto Custode Secundo (Asti brille dans le monde grâce à son Saint Patron Secondo) et une copie de la toile de Laveglia, conservée au Palazzo Mazzetti (voir circuit Asti, le quartier du Duomo), qui représente la splendeur de la ville en 1600 avec ses innombrables tours et églises qui se dressent au-dessus des remparts. Tous les noms des rues et des arcades, ici, rappellent ceux des corporations médiévales d'arts et métiers... par ailleurs, le marché qui se tenait sur la place était l'un des deux marchés les plus importants de la ville. L'autre, qui se déroulait autour de la cathédrale, lui faisait concurrence.

La Tour Bertramenghi-Scarampi, celle qu'aucune autre tour ne pouvait dépasser en hauteur selon les Statuts, se trouvait entre la Piazza San Secondo et la Piazza Statuto et est encore visible à travers les briques laissées sur la façade des édifices à portiques du côté sud. En revanche, en marchant, du côté opposé, sous les Portiques des Orfèvres qui présente de beaux chapiteaux (c'était le Palazzo della Guardia), on arrive de l'autre côté de la place, dans la petite Via dei Cappellai : au croisement avec Via Incisa (l'ancien Quartier des Fourreurs) se trouve le palais gothique autrefois connu sous le nom de « del Podestà ». Cet élégant édifice, doté d'une colonne centrale robuste servant à soutenir les splendides voûtes du salon, que l’on peut visiter au rez-de-chaussée et dans les caves, a été reconnu comme le siège de la corporation des Notaires. En continuant sur Via Incisa, vous vous retrouverez sur le Corso Alfieri : le majestueux bâtiment en briques qui se trouve à l'angle est le Palazzo Montalcini (celui de la famille du lauréat du prix Nobel, Rita Levi Montalcini) et occupe tout le pâté de maison jusqu'aux Portiques des Libraires. Sur le boulevard, à droite et à gauche, une série de boutiques parmi lesquelles se trouvent des vitrines du début du XXe siècle et des décorations originales en style Liberty.

En continuant notre promenade sur la rue principale, depuis Via al Teatro, il est possible d’arriver au Théâtre Alfieri, du XIXe siècle, construit sur un pari fait par les principaux notables de la ville, y compris Ottolenghi, en seulement deux ans. Au coin de la rue se trouve également le Palazzo degli Spagnoli, autre résidence somptueuse des Alfieri, par la suite cédée au capitaine de fortune Giangiacomo Trivulzio (nommé en 1494 gouverneur d'Asti par Charles VIII, roi de France).

De retour sur Corso Alfieri, nous prenons ensuite la petite Via Della Valle, pour admirer un peu plus loin, sur la Piazza Medici, la haute Torre Troyana (Tour Troyana), ou Tour de l’horloge. La tour, construite par la famille Troya dans la seconde moitié du XIIIe siècle, après une succession d’événements, est passée à la famille de Savoie : le duc Emanuele Filiberto, en 1560, en fit don à la Mairie, qui y installa une cloche (aujourd’hui encore au sommet de la tour) et une horloge ; avec ses 199 marches, elle offre une vue imprenable sur tout le centre historique et les collines environnantes. La Piazza Medici, où nous sommes situés, a été complètement remodelée au début du XIX siècle : la fontaine, datant de 1908, rappelle la construction du nouvel aqueduc de la ville tandis que quelques maisons privées (celle d'Ivaldi-Vercelli au n° 2 aux intérieurs en style Liberty ou de Taricco, vaguement médiévale, au coin de Via D'Azeglio) témoignent de la montée de la petite bourgeoisie Asti. Dans Via Hope, on trouve l'ancien Monastère cistercien de la Consolata et l'église néoclassique sobre où se trouve un bel autel rococo, à l'angle de Via Orfanotrofio ; la rue débouche ensuite sur Via Morelli où se trouvent les vestiges du Palazzo Pergamo (plus tard confisqué par les cisterciens) et, en face, la petite Église de San Silvestro, très ancienne mais entièrement reconstruite au XVIIIe siècle, à côté du Palazzo Visconti.

De Via Morelli, nous retournons sur la Piazza Medici pour prendre, sur le côté opposé, Via Cesare Battisti, qui nous réserve d'autres surprises : un splendide plafond à caissons de la fin du XVe siècle dans la voûte d'un magasin (déjà Casa Rostagno) et d'autres pièces avec des voûtes en bois de la même époque dans l'ancienne Casa della Piuma d'Oro (autrefois Hospice des Chartreux). Au bout de la rue, nous entrons dans Corso Dante, une avenue ouverte au XIXe siècle à la place de la plupart des remparts est de la ville, mais nous sommes pratiquement déjà sur Piazza Alfieri, une place triangulaire inhabituelle, caractérisée par de beaux portiques piémontais (ceux de gauche sont appelés les Anfossi, à droite les Pogliani tandis que le côté plus court est appelé Portiques Rouges), avec les avenues bordées d'arbres et la statue de la Trageda au centre. Le rituel du journal et du café dans les bars historiques sont des rendez-vous immanquables pour les habitants, tout comme le rituel de l'apéritif avec l'Americano, célèbre cocktail à base de Vermouth, aujourd'hui célèbre dans le monde entier.

Sur la Piazza Alfieri, en septembre, se court le plus ancien Palio d'Italie ; autrefois, la course se déroulait « en ligne droite » depuis le Pilier (place 1 Maggio, environ) le long de tout l’ancienne Contrada Maestra jusqu'à la Tour Rouge. Le marché principal d'Asti a lieu ici deux fois par semaine (mercredi et samedi) ; ici Garibaldi depuis les fenêtres du Reale (comme le rappelle une plaque sur le mur de l'hôtel) exhorta les jeunes d'Asti à le suivre dans l'exploit des Mille et, ici, autrefois se trouvait l'une des portes principales, appelée la porte de l’Arco. Ensuite, l’enceinte médiévale remontait vers le nord, précisément le long de Corso Dante, pour tourner vers l'ouest autour du Castrum Episcopi (où se trouve aujourd'hui le Bosco dei Partigiani) et longeait tout le côté nord pour finir ä la Tour Rouge. Mais revenons à Piazza Alfieri : ici, les Visconti érigèrent également leur citadelle (dont les vestiges de la tour ont été retrouvés, marqués aujourd'hui à l'angle sud-ouest de la place par un sol spécial). Le siège de la Caisse d’Épargne di Asti, sur la Piazza della Libertà, vient jouer en contrepoint avec l’édifice moderne de la Province. En face, l'ancienne Casa Littoria présente une architecture précieuse.

Dirigeons-nous maintenant vers l'est, toujours le long de la rue principale : sur la droite, à quelques pas, se trouve l'Église Orthodoxe de Santa Maria Nuova (qui a des origines anciennes, comme en témoigne le clocher du XIe siècle). Construite dans un bourg médiéval hors des murs, elle fut rénovée à plusieurs reprises et conserve aujourd'hui deux des œuvres les plus intéressantes de Gandolfino da Roreto (ou d'Asti). En empruntant Via Ospedale, vous retournez sur Corso Alfieri, en continuant dans la direction opposée.  C'est ainsi que nous arrivons à l'un des monuments médiévaux les plus intéressants de toute la région : Piazza 1 Maggio, en effet, on trouve le groupe d’édifice appelé « del vecchio San-Pietro » (du vieux Saint Pierre). En réalité, l’édifice se compose d'une Rotonde du Saint-Sépulcre (construite avant 1169) devenu Baptistère, d’un vaisseau carré du XVe siècle et d'un cloître avec une croisées d’ogives où surement relié à un hospice pour les pèlerins (San Pietro in Consavia, précisément). L’édifice est en effet né en tant que commanderie de l'Ordre des Chevaliers de Malte, créé précisément pour loger et protéger les voyageurs sur les routes du pèlerinage en Terre Sainte.

C'est le dernier trésor d'Asti.

 

Pour télécharger la brochure Asti, Itinéraires Urbains veuillez cliquer ICI

 

Textes de Pietro Giovannini

 

Écoutez le Podcast:

 

ZONES COUVERTES

Monferrato

DOWNLOAD

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Départ
Asti
Italie
Arrive
Asti
Italie

ACCESSIBILITÉ

Along the way:

Point of interest along the way

Départ:
Asti
Italie
Arrive:
Asti
Italie

POI items of this experience

À ne pas manquer:

    Itinéraires recommandés

      Itinéraires recommandés